PRAd'A — Palmarès Régional d'Architecture en Nouvelle Aquitaine

Menu

hiatus

le seuil habité  / Thomas Lagourgue
légende : le seuil habité / crédit : Thomas Lagourgue

Équipe

Thomas Lagourgue

Problématique et caractéristiques du projet

Etendu là, dans cet entre-deux, le couvert se déploie sous les ombres des grands ensembles de logements. C’est un lieu ouvert et public, un grand préau urbain qui marque un seuil dans ce quartier singulier de Bordeaux : le Grand Parc.
Historiquement, le Grand Parc est un lieu résultant d’une politique dont le temps nous en a révélé certains écueils. Spatialement, c’est un quartier encore renfermé dont les limites appuient l’image d’une parenthèse dans la ville, et disposé aujourd’hui à l’évolution.
Dans un contexte ou des fragilités sociales perdurent, l’espace public émerge plus encore comme un lieu essentiel à nos vies quotidiennes. Il s’inscrit comme le révélateur de pratiques journalières liées à des lieux communs faisant sens comme celui du marché, de la placette, ou encore du pied d’immeuble. Cela fait aussi écho à une forme de « culture » que l’on peut qualifier de populaire, liée à ces pratiques et à leur faculté fédératrice.
Le projet tire partie de cette situation – urbaine, historique et sociale – et se place en tension avec trois barres et une tour située à l’extrémité Est du quartier, dans une forme de « frange intérieure ». Le dialogue s’opère ainsi avec le sol, dans un mouvement antinomique avec la verticalité des bâtiments alentours. L’enjeu est de faire du sol un lien en l’étirant jusqu’au pied des immeubles alentours. La structure de ce « sol », en béton, se décline en trois composantes : poteaux, murs et noyaux. La nappe, apposée sur ces éléments, est définie par des caissons métalliques. Elle s’étire de façon continue en abritant différents espaces et ambiances, et permet ainsi de multiples usages.
Dans le contexte du Grand Parc, ce lieu apparait alors comme un prétexte à l’implication locale et communautaire. Les ateliers ou l’amphithéâtre constituent par exemple deux lieux typiques de la « place du village » de ce morceau du Grand Parc. Ce sont des espaces ouverts et appropriables qui constituent une opportunité du quotidien.

Images du projet

le sol, les logements et le couvert en tension  / Thomas Lagourgue
légende : le sol, les logements et le couvert en tension / crédit : Thomas Lagourgue
un lieu appropriable / Thomas Lagourgue
légende : un lieu appropriable / crédit : Thomas Lagourgue
habiter une frange urbaine intérieure / Thomas Lagourgue
légende : habiter une frange urbaine intérieure / crédit : Thomas Lagourgue
le béton en dialogue avec les caissons métalliques / Thomas Lagourgue
légende : le béton en dialogue avec les caissons métalliques / crédit : Thomas Lagourgue
différents usages permis par la structure / Thomas Lagourgue
légende : différents usages permis par la structure / crédit : Thomas Lagourgue

Elements techniques

isométrie générale / Thomas Lagourgue
légende : isométrie générale / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF
plan de rez-de-chaussée / Thomas Lagourgue
légende : plan de rez-de-chaussée / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF
coupe longitudinale / Thomas Lagourgue
légende : coupe longitudinale / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF
coupe transversale / Thomas Lagourgue
légende : coupe transversale / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF
coupe transversale / Thomas Lagourgue
légende : coupe transversale / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF
coupe transversale / Thomas Lagourgue
légende : coupe transversale / crédit : Thomas Lagourgue / télécharger le PDF